Toutembal : une entreprise qui nous emballe !

Rue des chantiers, au Havre, une cour entourée d’entrepôts. Au fond de cette cour, des bureaux. C’est ici que se trouve l’entreprise de négociation d’emballage Toutembal, dirigée par Antoine Journo. Aiguillé par Réseau entreprendre, l’entrepreneur havrais de 35 ans a su créer en 2011 une société de négociation d’emballage bien différente des antécédentes, plus traditionnelles. De la prospection à la commande, tout se fait en ligne ou par téléphone.

Malgré son statut de dirigeant, Antoine reste simple et décontracté. Créer Toutembal était pour lui une façon de dépoussiérer la profession, de la rendre plus jeune et plus dynamique.
« Toutembal est une entreprise réactive et adaptable. C’est ce qui fait notre force auprès des clients ».

Le jeune chef d’entreprise ne se destinait pas aux activités commerciales.
Après avoir obtenu un bac scientifique, « le commerce [l’]a attiré dans ses filets » . Il a ainsi commencé comme vendeur dans un videoclub au Havre, pour ensuite faire les saisons, de Montréal à Vancouver, au Canada. Revenu en France, il travaille dans la société d’emballage de son grand-père pendant 7 ans.

« Au quotidien, on répond à des mails, on répond à des mails, on répond à des mails et… on répond au téléphone » Bref, vous l’aurez compris, Antoine est un commercial. Mais pas que. Avec Internet, d’autres activités comme le référencement deviennent une nécessité. « Le référencement est le cœur du métier. Une personne qui aura un site Internet perfectionné n’aura pas plus de clients qu’une personne au site bien référencé ». Antoine souligne ainsi le fait que sur Internet, c’est le client qui va vers l’entreprise. C’est en cela que le référencement est primordial.

Il explique que beaucoup de gens se sont lancés dans les activités du numérique par facilité. « Mais Internet est un faux Eldorado. On y trouve les mêmes problématiques que dans une société traditionnelle. Il faut savoir donner de son temps. »

Actuellement, Toutembal est composé de cinq salariés qui travaillent tous de façon polyvalente. « Je suis contre le cloisonnement. C’est un facteur de démotivation. Un emploi plus généraliste apporte davantage de responsabilité et grâce à Internet, on ne travaille pas dans une ambiance strict. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *